Publicité
Télécharger

Jeux
Télécharger

Enfant
Télécharger

E-Learning
Télécharger

Corporate
Télécharger

Bio

Quand j’étais petite, j’adorais faire « la dame » dans la publicité et imiter les speakerines. Car oui… j’ai bien connu le temps de Denise Fabre à la télé. Cuillère à soupe, pomme de douche ou corde à sauter, c’étaient mes micros à moi ! L’atout de la corde à sauter : pour ne pas se prendre les pieds dedans, on lui impulse un mouvement souple et nerveux, très pro, comme une chanteuse à « Champs Elysées » chez Drucker. La classe.

Adolescente, j’ai gardé la manie de reprendre les pubs et me suis mise à imiter mes professeurs. Pauvre Mme D., professeur de latin au lycée Jacques Amyot de Melun, si elle savait… Pauvre M. R. aussi, prof d’allemand. Les années « No Future » battaient leur plein. Et puis j’aimais bien parler toute seule, en créant des voix, au point que ma mère me demandait parfois s’il fallait appeler l’ambulance. C’était là mon incroyable côté « ado rebelle ». En fait, l’enfance n’était pas bien loin… « Fais nous la petite fille ! Fais nous la sorcière ! » me demandaient les copines et je m’exécutais de bonne grâce.

A l’école d’ingénieur agronome de Nancy, il y avait un club théâtre : j’ai adoré jouer Pamela, dans la pièce de René de Obaldia « Du vent dans les branches de Sassafras ». Je me rappelle très bien du théâtre de La Foucotte, qui nous avait accueillis. C’était, si mes souvenirs sont exacts, en dix-neuf cent… enfin bref ! Le temps passe, je soutiens une thèse (en géographie, pour ceux que ça intéresse) et voilà que je me retrouve à l’école du café-théâtre, pour apprendre à faire la rigolote comme il faut. « Inscris-toi aux ateliers du Nombril du Monde, pour travailler ton jeu », me suggère Laurent Pasquier . Dans le même temps, j’applique aussi son autre conseil de comédien voix-off : écouter et imiter sans relâche les voix de la télé et de la radio. Pub, billboard, bande annonce, commentaire journalistique… tout y passe !

Le Nombril du Monde (Lyon 1er)… tout un programme ! « Tempête de joie » (printemps 2008), « Rien à voir avec le titre » (automne-hiver 2008/2009), « Arrête ton cinéma » (printemps 2009). Et aussi le trio féminin « Et en plus elles sont drôles ! » (automne-hiver 2009/2010) avec Maud Elefterakis et Julie Arnaud (ex-élèves du Nombril aussi), mis en scène par Thierry Buenafuente. C’est avec un immense plaisir que j’ai interprété sur cette scène mythique de Lyon des personnages plus vrais que nature ! Mon chouchou ? Mac Fly… avec ses cheveux bleus, il parle super bien en blonde !

La scène, donc, et les cours de technique vocale à l’Atelier Vocal (Lyon 5ème)… je n’oublie pas que mon métier de quand je serai grande, c’est la voix-off et aussi le doublage. Ah… les séances d’enregistrement ! Le bonheur. Ecoutez mes réalisations voix-off sur ce site ! Et pour ce qui est du doublage : je suis fascinée par le fait que l’on puisse être la voix de quelqu’un d’autre. Un vrai tour… de magie. J’attends le mien ! Roger Carel est de ceux qui m’ont inspiré ce métier, où le plaisir est tel que l’on s’amuse en travaillant !